Office 365 – Promotion à ne pas rater!

La solution idéale pour les fluctuations de personnel

L’été approche et avec lui l’embauche de travailleurs saisonniers ou d’étudiants. Les équiper en matériel informatique et en logiciels peut devenir une dépense assez élevée pour seulement quelques mois de travail. Comme le but de notre entreprise est de vous faciliter la vie, et que nous avons reçu une offre alléchante de notre partenaire Microsoft nous avons pensé à vous et avons trouver une suite de produits qui saura vous aider à diminuer vos coûts et vous donnera beaucoup de flexibilité. Nous vous présentons donc cette offre sur le plan Business Premium d’Office 365!

Pour seulement 16,99$/licence par mois, sans contrat, vos employés pourront bénéficier des avantages suivants:

  • La suite Office 2016 pouvant être installée localement sur 5 appareils (ordinateur, tablette ou téléphone intelligent)
  • La messagerie d’entreprise comprenant une boîte courriel avec 50Go d’espace
  • La conférence en ligne avec Skype Entreprise
  • Un espace de stockage de 1 To avec One Drive
  • Un accès à Office en ligne

Pour l’activation de 5 licences, nous vous offrons le PREMIER MOIS GRATUIT!  Cette offre est valide jusqu’au 30 juin 2017 seulement!

Office365-Premium
Applications comprises dans la suite Office 365 Business Premium.

 

Pour mieux comprendre

Voici un petit scénario qui vous permettra de bien comprendre la réduction des coûts dont vous pourrez bénéficier:

  • Achat d’une licence Office 2016 pour petite entreprise en magasin:  299.99$ par ordinateur
  • Votre entreprise emploie 5 employés supplémentaires sur une période de 5 mois.
  • Office 365 Business Premium: 16,99$/mois/personne

L’achat du logiciel vous coûtera un total de 1499,95$

La solution Office 365 vous revient à 339,80$.  Une économie de 1160.15$!

La facturation se fait sur une base mensuelle.  Retirer ou ajouter une licence est très facile, vous n’avez qu’à communiquer avec nous!  Donc, lorsque vos employés quittent, vous nous avisez et l’abonnement de ces dernier prendra fin.  Il sera également simple de les réactiver lors de leur retour au travail.

D’autres promotions également offertes

Nous trouvions que cette promotion correspondait bien aux besoins des entreprises de notre région qui ont un besoin de main d’œuvre plus important pendant certaines périodes de l’année.  Nous avons cependant d’autres offres disponibles pour les produits suivants:

  • Office 365 ProPlus
  • Office 365 Enterprise E3
  • Office 365 Enterprise E5
  • Dynamics 365 pour ventes
  • Project Online Professional
  • Project Online Premium

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de détails.

Une boutique en ligne? Oui, mais…

Depuis quelques jours je vois passer, encore et encore, une publicité sur mon fil Facebook qui me fait grincer des dents.  J’ai déjà abordé le sujet mais je crois bon de me répéter un peu parce que je veux vous épargner des ennuis.

Une personne, qui a bâti sa notoriété dans diverses émissions populaires la télé, vous promet une boutique en ligne dans le style beau-bon-pas-cher-facile et en plus SUBVENTIONNÉE! Le Klondike pour votre entreprise, quoi!  On se parle franchement.  Croyez-vous vraiment, pour vrai là, que c’est si simple de se lancer dans le commerce en ligne?  Que ce n’est qu’un ajout de fonctionnalités sur votre site?

Se lancer dans l’aventure du commerce en ligne, ça se prépare.  Vous pouvez toujours vous y lancer sur un coup de tête mais il est bon de savoir que peu y réussiront sans avoir passer par quelques étapes préalables.

Connaître ses clients et ses produits/services

 

Premièrement, je vous conseille de prendre quelques minutes (voire quelques heures) afin de remettre en perspective votre connaissance de vos clients.  Quelles sont leurs habitudes d’achat?  Pourquoi sont-ils vos clients?  Qu’est-ce qui les attirent chez-vous?  Comment les avez-vous acquis?  Sont-ils adeptes de technologies?  Recevez-vous régulièrement des commandes par téléphone, par courriel?  Vous avez une page Facebook ou une présence sur les médias sociaux?  D’où proviennent vos fans?  Si vous étiez l’un d’eux, achèteriez-vous en ligne?

Et on repart la ronde de questions mais maintenant à propos de ce que vous offrez.  Décrivez vos produits et vos services actuels (selon la façon dont vous les vendez présentement) et faite l’exercice en ayant en tête la plateforme de vente en ligne ouverte sur le monde.  Arrivez-vous au même résultat?  Qu’est-ce que ces derniers ont de concurrentiel?  Pourquoi on achèterait sur votre boutique en ligne plutôt que chez votre compétiteur, qui peut se situer n’importe où maintenant?

 

Établir un processus de vente distinct

 

Si vous avez passé au travers des premières questions sans vous décourager et de façon optimiste, on peut maintenant envisager que le commerce en ligne a un certain potentiel pour votre entreprise.  Selon l’endroit où vous êtes établis et le type de commerce que vous exploitez, il peut être judicieux de réfléchir à un processus distinct de vente.  Pourquoi?  Parce que vendre en ligne ne se fait pas de la même façon que lorsqu’on a le client devant nous.  Il faudra aussi ajuster votre marketing à la plateforme.  Vous devrez peut-être présenter votre produit différemment (selon les réponses obtenues au premier point), votre effort de promotion sera différent et utilisera sans doute de nouveau canaux de communication.

Ce qui fera que vous distinguerez de la concurrence, c’est votre service à la clientèle, de la soumission de la commande jusqu’au service après-vente.  Je dirais que c’est là que tout se joue.  Si une réputation est longue à bâtir, avec les affaires électroniques elle peut se faire démolir le temps d’un clic.  Une bonne façon de se préparer adéquatement est de passer en revue toutes les étapes typique d’une vente qui fonctionne bien mais de planifier aussi les scénarios où quelques embûches se pointent.  Quelles seront les méthodes de paiement acceptées? Comment gérerez-vous la disponibilité des stocks?  Est-ce possible de faire le lien avec votre système de ventes actuel?  Combien de temps ça vous prendra à traiter une commande reçue via votre site?  Comment en serez-vous informé?  Quelle sera votre méthode de livraison, à quel prix?  Combien de temps prendra la livraison?  Et si cette méthode ne convenait pas toujours, quelles sont les autres options?  Comment voulez-vous gérer les retours?  Et si un produits promis n’était malheureusement plus disponible chez votre fournisseur, comment seront gérés les remboursements?

Toujours au niveau du service à la clientèle, il faut penser à comment on communiquera avec le client.  Aurez-vous quelqu’un qui sera dédié à répondre aux courriels ou encore aux messages reçus sur les médias sociaux?  Cette personne est-elle à l’aise avec l’écriture?  À quelle fréquence vérifierez-vous vos messages?

 

Le faire pour les bonnes raisons

 

Vous êtes toujours là?  Alors, vous êtes surement beaucoup plus convaincus de la faisabilité de votre projet!  Il reste cependant un dernier volet à explorer, et non le moindre, les finances.  Maintenant qu’on sait que techniquement parlant on est sur la bonne voie, il est important de vérifier quel sera le résultat financier de tout cela.  Parce que oui, l’aventure c’est attirant, mais en affaires, le but, c’est la rentabilité.  Il vous faudra donc y aller avec l’élaboration d’un budget et de prévisions de ventes, comme dans tout bon modèle d’affaires.

 

Vous êtes prêts?

 

Si vous êtes rendus à ce point, il ne vous reste qu’à choisir avec qui vous travaillerez à votre projet.  Vous avez une excellente idée de tout ce que cela implique.  Il y a des entreprises, comme pour le programme Branchons les PME, qui vous offrirons quelques heures d’un stagiaire gratuitement, mais de qui vous devrez absolument acheter LEUR plateforme de vente, qui ne s’intègrera surement pas à votre site actuel (et qui voudra vous vendre un nouveau site par la bande).  Suite au programme, vous devrez maintenir le tout par vous-même.  Ensuite, il y a les firmes de consultation ou de conception de site web, qui pourront de leur côté vous apporter un accompagnement beaucoup plus personnalisé.  La plupart d’entre nous travaillons avec des plateformes commerciales qui s’intègrent à ce que vous avez déjà, ce qui vous donnera beaucoup plus de liberté.  Certaines de ces entreprises pourront même vous proposer des solutions de support pour vous aider à maintenir le tout au fil du temps et devenir un partenaire plutôt qu’un simple fournisseur de service.  Ce sera à vous de voir quelle formule vous convient le mieux.  Le meilleur conseil que je peux vous donner est de vous informer et surtout, de lire les petits caractères au bas des contrats.  On n’est jamais trop prudents!

Infonuagique – Comment cette technologie peut vous aider

L’infonuagiques, un avantage pour toute entreprise

Les dirigeants d’entreprises le savent, les coûts de gestion d’un parc informatique peuvent s’élever rapidement.  En région, les solutions disponibles sont souvent peu variées et avoir un support post-implantation peut être difficile.  Les services cloud apportent beaucoup de possibilités et s’adaptent facilement à toute entreprise.  Voici pourquoi vous devriez envisager l’infonuagique.

 

La flexibilité

Un des grand avantages avec le cloud, c’est que vous gérez vos besoins en ressources et vous ne payez que ce que vous utilisez.  Si votre entreprise prend de l’expansion, il est facile d’augmenter par exemple le nombre de serveurs, la capacité de vos serveurs existants ou encore l’espace disque.  Cette fonctionnalité vous donne un avantage sur vos concurrents car vous ajustez vos ressources selon vos besoins du moment.  Par exemple, lors d’une campagne de promotion ou d’un événement spécial, votre site web pourrait connaître un achalandage plus important pour une courte période.  Vous pouvez donc ajuster à la hausse les ressources du serveur pendant ce temps et les remettre à la normale une fois terminé.  Vous n’aurez assumé les frais que pour une période précise.

 

Une prévision budgétaire facilitée

Reprenons l’exemple précédent.  Votre campagne est planifiée sur un horizon de 30 jours.  Vous savez que vous aurez besoin d’augmenter les ressources de votre serveur web pendant cette période.  Avec votre gestionnaire de services cloud, vous pourrez déterminer exactement ce que représentera le coût de cette hausse temporaire.  Cela vous permettra donc d’inclure ces frais directement dans les coûts votre campagne.

 

Une collaboration efficace

Avec l’infonuagique, l’accès à l’information par vos équipes de travail est grandement facilité.  Vous pouvez créer des espaces où les gens pourront centraliser  les documents communs et c’est derniers pourront accéder à une information à jour, peu importe où ils se trouvent.

 

La portabilité

Routes fermées
État des routes de la région lors de la tempête du 15 mars 2017

On le sait, exploiter une entreprise en région amène son lot de voyages d’affaires.  Avec le cloud, votre entreprise vous suit où que vous allez.  Vous n’avez besoin que d’un accès à internet pour vous connecter à vos outils de travail, comme si vous étiez au bureau.  Vous apprécierez également toutes ces fonctionnalités lors des jours de tempête.

 

 

La sécurité

Voilà le point qui inquiète bien des gens.  Avec les années, la sécurité autour des services cloud s’est grandement améliorée, au point qu’il n’est maintenant pas plus risqué d’utiliser ces services que d’avoir ses propres serveurs.  Le cloud vous permet également d’éviter à devoir stocker vos fichiers sur votre ordinateur portable ou une clé USB, qui peuvent facilement se faire voler ou que vous pourriez perdre.  Autre aspect important, les infrastructures cloud sont pratiquement toujours à la dernière version des logiciels.  Dès qu’une faille de sécurité est détectée, les mises à jour sont appliquées.  Vous n’avez donc plus à vous soucier de ce point.  Les consoles de management vous permettent également de contrôler les accès à vous serveurs ou à vos documents, d’une manière simple et intuitive.

 

Une solution plus verte

Le fait de centraliser les serveurs dans des mégas centres de données à la fine pointe de la technologie diminue grandement l’empreinte écologique de l’utilisation de composantes électroniques.  La quantité de déchets générée diminue ainsi que le besoin en électricité.

 

L’intégration

Il est facile de faire ses premiers pas dans le cloud et d’intégrer son utilisation à votre environnement actuel.  Vous n’avez pas à passer d’un environnement local et physique au cloud en une seule étape, ni complètement.  Les environnements hybrides sont communs et même privilégiées.  Vous pourriez par exemple ne commencer que par un seul service, comme Office 365, le temps d’apprivoiser cette nouvelle façon de faire.  Peu à peu, vous reconnaîtrez l’utilité de l’infonuagique et y trouverez de nouvelles utilités au sein de votre entreprise.

 

Vous avez des questions?  N’hésitez pas à me contacter.  Il me fera plaisir de discuter avec vous des solutions qui pourraient faire une grande différence pour votre entreprise. 

Transférer un nom de domaine n’est plus si simple

Nom de domaine: nouvelles politiques en place

Quelques explications pour mieux vous y retrouver

 

 

ICANN est l’organisme qui gère les politiques de gestion des noms de domaines.  Depuis le premier décembre dernier, des modifications importantes y ont été apportées.  L’impact de ces dernières sur les transferts de nom de domaine d’un registraire à un autre est très important.  Voilà les principales règles qui peuvent vous toucher directement : 

  • Il vous sera désormais impossible de changer le nom du propriétaire simplement en en faisant une demande de modification de domaine comme dans le passé.  Vous devrez fournir différentes informations qui vous seront demandées par le registraire.  On pourra même vous demander un acte notarié.
  • Tout changement au prénom, nom, organisation ou courriel du propriétaire initiera automatiquement un processus de changement.  Il vous sera impossible de procéder à un transfert dans les 60 prochains jours.
  •  Lorsque le processus de transfert se met en branle, il implique que le registraire actuel et le nouveau reçoivent chacun de leur côté les autorisations nécessaires avant qu’un transfert ne soit approuvé.  Pour ce faire, les registraires ont mis en place divers mécanismes en place utilisant des formulaires électroniques.  À ce niveau-ci, vous ne devriez pas voir de changement, les formulaires « clients » étant passablement les mêmes.
  • Lorsque le changement de registraire est effectué, l’ancien et le nouveau propriétaire recevront chacun une confirmation par courriel les informant que le changement est complété.
  •  Suite au transfert, le domaine sera verrouillé pour une période de 60 jours pendant lesquels il sera impossible de transférer de nouveau ou encore d’apporter des changements au niveau du propriétaire du domaine.

 En résumé

Le processus génère maintenant plusieurs notifications par courriel, ce qui est bien en soit car on sait ce qui se passe et si une modification est faite sans qu’on l’ait demandée, on en sera averti.  Le processus automatique de verrouillage est aussi une façon de protéger votre nom de domaine.  Fait intéressant, votre registraire a les pouvoirs d’enlever le verrou si vous désirez accélérer le processus.  Vous devrez cependant vous devrez fournir des arguments béton afin qu’ils procèdent.

 Donc, il faut maintenant prévoir un peu plus de temps pour un transfert sans heurt.  Certains registraires font face à quelques bugs dans leurs systèmes automatisés alors il faudra faire souvent faire preuve de patience et surtout bien connaître les politiques en place afin de pouvoir argumenter avec eux lorsqu’un problème survient. 

 Il me fera plaisir de vous aider à vous y retrouver.  Vous pourriez économiser beaucoup de temps et d’argent.

 

Pour plus de détails, vous pouvez consulter la nouvelle politique en cliquant le lien suivant:

https://www.icann.org/resources/pages/transfer-policy-2016-06-01-en

 

Affaires numériques, vaut mieux s’en mêler.

J’ai eu une discussion fort intéressante avec une collègue consultante il y a quelques jours.  Le sujet :  les entreprises qui ont donné carte blanche à un employé, un consultant ou un bénévole pour créer et gérer leur site web et leurs comptes de différents médias sociaux, avec comme résultat que les mandatés ont gardé les informations pour eux ou ont tout créé à leur propre nom.  Bref, les entreprises qui ont perdu le contrôle de leur identité sur la toile.  C’est donc le temps de se mêler de ses affaires numériques!

Cette situation est beaucoup plus fréquente qu’on le croit.  Si c’est votre cas, ne vous sentez pas mal, vous n’êtes pas les seuls à vivre cette dernière.  Je vous présenterai quelques pistes sur ce que vous devriez vérifier.  Selon les informations trouvées, vous pourrez par la suite entamer diverses démarches pour vous réapproprier les comptes de votre entreprise.

Qu’est-ce que j’entends par “Affaires numériques”

Je considère que tout compte ou enregistrement numérique se rapportant à une entreprise doit y appartenir.  Ces informations font partie intégrale des actifs de l’entreprise, au même titre qu’un logo ou un compte à recevoir.  Il est donc important de les préserver, les sécuriser et s’en occuper comme on le fait pour tout le reste.  Chose plus importante encore, ils ne doivent pas se rapporter à une personne physique mais bien à l’entité morale.

Première étape :  Déterminer une adresse courriel administrative

Je vous conseille de créer une adresse courriel qui servira à gérer votre propriété numérique et garder une uniformité.  En optant pour une adresse générique (ex : admin@votreentreprise.com)  vous faciliterez la gestion de vos différents comptes.  Toutes les correspondances relatives à ces derniers y seront relayées.  Advenant que vous vous départissiez de votre entreprise, il vous sera également plus facile de transférer le tout au nouveau propriétaire car tout sera lié à l’entreprise et non à vous ou une autre personne physique.

Deuxième étape : l’inventaire des comptes

La première chose à faire est de rechercher votre entreprise sur un outil de recherche comme Google ou Bing.  Cela vous donnera une idée de base de la place de votre entreprise sur le web.  Si une page Facebook a été créée ou encore un compte twitter, ils devraient ressortir.  Faites un inventaire de ce que vous trouvez.

Troisième étape :  l’inscription du nom de domaine

Vous devez maintenant vérifier où a été inscrit votre nom de domaine et quelles sont les informations administratives qui y figurent.  À l’aide d’un « whois », vous pourrez valider l’information.  Voici un exemple de site vous permettant de le faire :  http://whois.domaintools.com/

Voici l’information reçue lorsqu’on fait le test à partir de mon propre nom de domaine, jafservtech.com

Dans la première section, vous pouvez voir entre-autre qui est le registraire, qui est l’hébergeur, quelle est l’adresse ip du site et quelques autres configurations.

Affaires numériques Résultat whois de jafservtech.com

Maintenant, regardons au niveau des informations administratives.  C’est ici que devrait apparaître le nom de la personne ayant procédé à l’enregistrement et, plus important, l’organisation devrait correspondre au nom de votre entreprise.  Même chose pour l’adresse, le téléphone et le courriel utilisés, ils devraient idéalement être ceux de votre entreprise et non ceux d’une personne physique.

Vous devriez avoir plein contrôle de votre nom de domaine.  Premièrement, il reflète l’identité web de votre entreprise.  Ce dernier doit également être renouvelé avant la date d’expiration indiquée.  Si cela n’est pas fait, votre site deviendra inaccessible et vous devrez refaire les démarches d’enregistrement.  C’est pourquoi il est important que les informations figurant au registre soient celles de votre entreprise afin de prouver plus facilement que vous en êtes propriétaire.  Si pour une raison ou un autre vous perdriez contact avec la personne ayant procédé à l’enregistrement pour vous, cela vous sauvera bien des maux de tête.  Au moins, vous n’aurez pas à prouver que vous en êtes propriétaire alors que vous ne figurez pas du tout au registre.

Affaires numériques Résultat whois de jafservtech.com

 

Quatrième étape :  valider les accès à différents sites

Il vous faut maintenant vérifier si vous pouvez vous connecter aux différents comptes reliés à votre entreprise.  Le plus simple reste de demander les informations de connexion à la personne qui a créé ceux-ci.   Lorsque vous aurez réussi à vous connecter, je vous conseille de vous assurer encore une fois que les informations qui y figurent sont celles de l’entreprise, et non celles d’une personne physique.

Cinquième étape :  documenter le tout

Maintenant que vous avez démêlé tout ça, notez les différentes informations relatives à votre entreprise dans un document. Gardez-le précieusement, en sécurité.  Assurez-vous cependant qu’une personne de confiance y ait facilement accès.  En cas d’indisponibilité de votre part, cette dernière sera en mesure d’intervenir en cas de besoin.  Cette étape s’inscrit également dans la démarche d’une succession numérique.  Vous pouvez en apprendre plus à ce sujet en consultant l’article de Philippe Richard Bertrand à l’adresse suivante http://www.journaldemontreal.com/2016/07/14/preparer-votre-succession-numerique

Bien qu’on y parle d’une succession personnelle, le concept peut très bien s’adapter à une entreprise ou une personne morale.

Les embûches possibles

S’il advenait que la personne ayant enregistré vos comptes ou nom de domaine ne collabore pas, vous devrez alors faire un choix.  Créer une nouvelle identité numérique pour votre entreprise selon les bonnes pratiques, ou encore faire appel à la justice et prouver que tout cela appartient à votre entreprise.

 

Julie